séminaire - mercredi 6 décembre 2017

Thumbnail imageSclérochronologie des squelettes de coraux et des coquilles de bivalves : microstructure et reconstitution environnementale à l'échelle infra-saisonnière

Vincent Mouchi

mercredi 6 décembre 2017 à 14 heures, amphi Thénard

 

 

Les reconstitutions de paramètres du climat (par ex., température) sont possibles par l’utilisation de marqueurs géochimiques dans les carbonates. Outre l’analyse d’assemblages de foraminifères ou coccolithes dans les carbonates pélagiques qui permettent de mettre en évidence les changements climatiques globaux à l’échelle géologique, certaines structures biominéralisées (squelettes de coraux, coquilles de bivalves) apportent l’opportunité de reconstituer l’environnement à l’échelle infra-annuelle.

La sclérochronologie (équivalent pour biominéraux de la dendrochronologie pour les troncs d’arbres) permet une calibration des structures biominéralisées accrétionaires pour une interprétation temporelle de transects géochimiques. Les techniques d’analyse in situ (microsonde, LA-ICP-MS) peuvent ainsi être utilisées pour reconstruire les fluctuations saisonnières de l’environnement de manière continue sur plusieurs années, correspondant à la vie de l’animal.

Des limitations subsistent néanmoins, car certaines variations géochimiques ne semblent pas liées à des changements environnementaux mais à des processus métaboliques lors de la calcification. Le calage temporel des squelettes et coquilles par sclérochronologie est ainsi capital pour tenter d’identifier ces « effets vitaux » afin de ne pas proposer de mauvaises interprétations environnementales à partir du signal géochimique.