séminaire mercredi 3 juin 2015

metanisMÉTANIS : évaluation de l’effet de la pression et de la température sur les MÉTabolismes ANaérobiques, approche ISotopique et biogéochimique

Gwendoline Selva, LMD2-LDO, LabexMer, Institut universitaire européen de la mer, université de Bretagne occidentale, Brest

mercredi 3 juin 2015 à 11 h 30, amphi Guyton de Morveau

 

Les métabolismes anaérobiques sont des acteurs importants dans la respiration ou la fermentation de la matière organique, par les microorganismes, qui peut être réinjectée dans la colonne d’eau sous forme de CO2 ou CH4. Que ce soit à l’échelle du sédiment ou à une échelle plus globale dans l’espace et le temps, l’activité métabolique de ces microorganismes particuliers modifie profondément la chimie des enveloppes fluides de notre planète et participe activement aux cycles biogéochimiques globaux. Sulfato-réduction et méthanogenèse sont responsables jusqu'à 68 % et 32 %, respectivement, de la réminéralisation anaérobique de la matière organique. Les bactéries et les archées responsables de ces deux métabolismes fractionnent respectivement les isotopes du soufre et du carbone avec un enrichissement en isotopes légers dans les produits du métabolisme (H2S et CH4). Le fractionnement isotopique induit durant ces métabolismes est large et possède une variabilité encore mal comprise. Nous proposons dans ce projet d’explorer les effets de la pression hydrostatique et de la température sur les deux métabolismes anaérobies responsables de plus de 95 % de la respiration anaérobie de la matière organique sédimentaire, la sulfato-réduction et la méthanogenèse. La pression hydrostatique, la température, ainsi que la concentration en substrat jouent des rôles important sur la physiologie des microorganismes, la cinétique des réactions enzymatiques ainsi que sur le type de métabolisme.
Au cours de cet exposé nous présenterons le protocole élaboré ainsi que les premiers résultats d’extractions des substrats et produits de ces métabolismes pour fournir des contraintes expérimentales sur les fractionnements isotopiques caractérisant les organismes de la biosphère profonde.