thèse de Soumiah Sarih

Géodynamique et transferts sédimentaires gravitaires des bassins liasiques du Haut-Atlas central (Maroc)

Allocation de recherche : action intégrée Dijon-Marrakech Ma 03/74

Directeurs : Jean-Pierre GARCIA, Khadija EL HARIRI et Amélie QUIQUEREZ

Début de thèse : octobre 2004

Soutenue le 7 novembre 2008

Résumé
La dynamique sédimentaire opérant dans un bassin syntectonique est reliée directement aux caractéristiques à la fois de l’extension (e.g. champ de contrainte, variations temporelles de l’activité tectonique) et de la croûte étirée (e.g. morphologie, dimension). L’étude et l’analyse de l’évolution temporelle du remplissage de ces bassins permettent d’appréhender de façon indirecte l’histoire de leur genèse.
Le choix d’un exemple illustrant ce type de genèse s’est orienté sur une région appartenant à la plaque NW africaine, dans le Haut-Atlas centro-oriental de la région de Rich, Errachidia et Amellago. Cette zone, caractérisée par d’excellents affleurements syntectoniques affectant des formations liasiques, a été étudiée par une approche intégrant à la fois des études cartographiques, sédimentologiques et biostratigraphiques à l’échelle des photosatellites et de l’affleurement.
L’analyse régionale des photosatellites et des géométries de dépôts à grande et à petite échelle a montré que la faille de Tizi n’Firest est composée de segments de failles normales et de failles de transfert, de longueurs et d’orientations variables (NE-SW, ENE-WSW et E-W). Ces failles héritées de l’orogenèse hercynienne ont contrôlé la mise en place des dépôts liasiques dans des petits bassins compatibles avec un fonctionnement en rifting oblique. Les deux grands corps d’Amellago à l’Ouest et de Rich à l’Est et le petit corps de Tagount, constituent la cible de cette étude.
Les dépôts liasiques montrent une évolution générale vers un approfondissement depuis des environnements de type shoreface à offshore au Sinémurien et vers des environnements de type bathyal à abyssal au Domérien. A cet approfondissement est associée une évolution morphologique de la plate-forme, celle-ci évoluant depuis une morphologie de rampe au Sinémurien à une plate-forme à talus au Pliensbachien. Les dépôts de pente sont abondants et s’organisent différemment sous l’effet de la distance parcourue, de la charge sédimentaire et de la profondeur.
Le bassin d’Amellago-Errachidia est composé de plusieurs petits blocs contrôlés par des segments de failles normales et décrochants suivant un modèle de rifting oblique. La quantification de la subsidence réalisée le long de la faille de Tizi n’Firest montre un fonctionnement polyphasé des blocs et un déphasage des périodes de subsidence d’un site à l’autre.

Mots clés
Haut-Atlas, Lias, faille de Tizi n’Firest, géométrie, sédimentologie, biostratigraphie, dépôts de pente, subsidence

Jury

P. Allemand, université de Lyon

K. El Hariri, université Cadi Ayyad

J.P. Garcia, université de Bourgogne

A. Quiquerez, université de Bourgogne

C. Robin, université de Rennes

E. Vennin, université de Bourgogne