appel à candidature pour une thèse sur le projet REFUGE

illustration ville fractaleProjet REFUGE (Réseaux Ecologiques, Forme Urbaine et flux GÉnétiques)

 

Sujet de la thèse

Evaluer la capacité des formes urbaines au maintien de la biodiversité : approche par la simulation

 

Contexte et objectif

La thèse se place dans le cadre du projet REFUGE (appel CNRS 80|PRIME) qui concerne la biodiversité au sein des agglomérations urbaines. Elle vise à comparer différentes formes de croissance urbaine selon leur capacité à maintenir des populations animales à long terme. L’hypothèse principale est que sous certaines conditions, la forme de ville fractale a des propriétés avantageuses sur le plan écologique, et que plus globalement, les formes urbaines se différencient selon leur capacité à offrir un cadre viable aux populations animales.

Du point de vue méthodologique, il s’agira de comparer des scénarios différenciés de développement urbain, de façon prospective, et d’évaluer pour chacun l’évolution de la diversité et la structure génétique de plusieurs groupes d’espèces. Cette démarche reposera sur un couplage entre un modèle de simulation de la croissance urbaine dont le paramétrage permettra de produire différentes formes, et un modèle de simulation de flux génétiques mis en œuvre de façon dynamique, en fonction de l’évolution des usages du sol définie dans le premier modèle. Les cas étudiés seront d’une part des villes théoriques, d’autre part l’agglomération de Lyon.

 

Encadrement et moyens mis à disposition

La thèse sera codirigée par Jean-Christophe Foltête (UMR ThéMA, université de Franche-Comté) et Stéphane Garnier (UMR Biogéosciences, université de Bourgogne). Elle bénéficiera également de l’appui financier du projet REFUGE et l’appui scientifique des participants à ce projet : en modélisation spatiale, géomatique et développement informatique à ThéMA et en écologie, génétique des populations et génétique du paysage à Biogéosciences.

 

Compétences attendues et candidature

Le ou la candidat(e) doit être titulaire soit d’un master en géographie, soit d’un master en écologie ou biologie de l’évolution. Dans le premier cas, nous attendons un géographe spécialisé en modélisation de l’environnement (la connaissance de l’écologie du paysage est un plus), pour lequel une acquisition des concepts et outils de la génétique des populations sera nécessaire. Dans le second cas, nous attendons un ou une biologiste/écologue qui devra disposer ou acquérir de bonnes compétences en analyse spatiale, et avoir un goût prononcé pour les approches théoriques.

 

Les candidatures doivent être adressées jusqu’au 20 septembre 2019 par mail (CV et lettre de motivation) à Jean-Christophe Foltête : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Une description plus détaillée du projet est accessible ICI.

Pour toute information complémentaire, voir avec Jean-Christophe Foltête ou Stéphane Garnier (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).