séminaire du pôle évolution du vivant - mercredi 7 novembre

Estimer l'effet de mesures exceptionnelles de gestion sur la survie d'une espèce exploitée : le cas de la grande oie des neiges

Cédrik Juillet, université Laval et centre d’études nordiques de Québec, Qc, Canada

Mercredi 7 novembre 2007 à 17 heures, amphi Monge, bâtiment Gabriel

Chez les populations exploitées, l’effet du prélèvement d’individus sur les paramètres démographiques est d’intérêt fondamental et appliqué. Savoir si la mortalité par la chasse est compensatoire ou additive à la mortalité naturelle a longtemps été débattu pour de nombreuses populations exploitées. Les méthodes de captures-recaptures basées soit sur les captures et/ou observations d’individus vivants soit sur les récupérations de bagues d’individus morts ont souvent été utilisées indépendamment pour examiner l’effet de ces prélèvements sur les taux de survie. Combiner ces deux sources d’informations dans un même modèle offre une approche plus puissante qui permet de compenser les limitations inhérentes à une approche utilisant soit les recaptures vivantes ou la récupération des individus morts. Plusieurs modèles ad hoc ont déjà été proposés (ex. modèles de Burhnam et Barker). Dans le cadre des modèles multi-états il est facile d’intégrer plusieurs sources d’information dans les histoires de captures individuelles et ainsi améliorer la robustesse des estimés. De tels modèles peuvent être développés pour tenir compte de la perte de marqueurs, l’émigration permanente ou distinguer la cause de mortalité. Notre objectif était de développer un modèle multi-état pour évaluer l’impact d’une régulation exceptionnelle par la chasse : l’introduction d’une chasse au printemps depuis 1999 pour réguler une espèce surabondante en Amérique du Nord, la grande oie des neiges (Chen caerulescens atlantica). Sur la base d’une étude à long terme de capture-marquage-recapture [1993-2005] comportant 45617 individus bagués dans l’Arctique et dont 7720 individus portent un collier alphanumérique, nous avons combiné les informations d’observations et de recaptures l’été en Arctique, d’observations de colliers le printemps et l’automne dans la région de Québec, Qc et de report de bagues par les chasseurs l’automne, l’hiver et le printemps. Nous avons ainsi défini 5 états (vivant avec/sans collier, nouvellement mort avec/sans collier et finalement mort) qui permettent l’estimation de taux de survie sur une base saisonnière. E-surge, un nouveau programme, a été utilisé pour ajuster les modèles à nos données de capture-recapture. Ce logiciel consacré aux modèles multi-évènements (dont les modèles multi-états sont un cas particulier) présente un nouvel outil qui permet de définir aisément les transitions entre les états. Les premiers résultats montrant l’importance de ces mesures exceptionnelles de gestions vont être présentés.