séminaire du PEV – mercredi 12 décembre 2012

Causes et conséquences du succès invasif d’espèces d’insectes dans les îles subantarctiques françaises : l’exemple du carabique Merizodus soledadinus

David Renault, université de Rennes 1

mercredi 12 décembre à 14 heures, amphi Monge


Les îles subantarctiques représentent un terrain d’étude privilégié pour appréhender l’effet des changements climatiques sur la biodiversité terrestre et des questions relative à la biologie des invasions. En dépit d’épisodes d’introductions relativement récents, les écosystèmes terrestres subantarctiques apparaissent comme particulièrement vulnérables face à cette menace. Six espèces d’insectes sont considérées invasives dans l’archipel des ïles Kerguelen, parmi elles, le carabique prédateur Merizodus soledadinus est la seule espèce non cosmopolite. Les activités de suivis à long terme, initiées en 1974, couplées aux données expérimentales, permettent désormais de mieux comprendre l’évolution temporelle de la distribution géographique de cet insecte prédateur introduit, et les effets conjugués des invasions biologiques et des changements climatiques sur la dynamique des populations d’organismes natifs. Au cours de cette présentation, les points suivants seront abordés : 1/ processus de dispersion du carabique Merizodus soledadinus, variabilité génétique (marqueurs microsatellites) des populations et 2/ caractérisation des facteurs environnementaux qui régissent la répartition géographique de cette espèce (approches écophysiologiques et métabolomiques). Cette présentation s’achèvera par une présentation de l’un des objectifs de recherche à venir relatif à cette espèce, i.e. l’étude des compromis existant entre les différents traits biologiques lors d'épisodes de dispersion.