thèse de Paul Perron

Contrôle de l’architecture des réservoirs par l’hétérogénéité de la lithosphère dans les bassins intracratoniques du Paléozoïque

Dèbut de thèse : novembre 2015

Financement : ENGIE

Directeur de thèse : Michel Guiraud ; co-directrice : Emmanuelle Vennin

Encadrant ENGIE : Eric Portier, Isabelle Moretti

Encadrant UPMC : Laetitia le Pouhriet

 

Résumé

Les bassins intracratoniques Paléozoïque (du Gondwana en particulier) sont caractérisés par une subsidence lente, de grande longueur d'onde (quelques 100 km), la réactivation régulière des paléo reliefs pas facilement liés aux cycles géodynamiques mondiaux. Les discordances régionales fréquentes, et le partitionnement subtil et complexe des faciès rendent la prédiction de l’architecture des réservoirs associés compliqués.

Les systèmes pétroliers associés à ces bassins sont parmi les plus prolifiques. Les principales caractéristiques de ces bassins intracratoniques ne sont pas bien caractérisées et sont encore débattues. Les principales questions sont les suivantes :
Quels sont les mécanismes de contrôle de ces bassins à taux de subsidence lente ?
Comment peut-on caractériser la croûte terrestre, les déformations de la lithosphère et les contraintes associées ? Quelle est la nature des hétérogénéités lithosphériques & rhéologiques apparemment permanentes pendant des centaines de millions d'années ?
Quels sont les contrôles et déclencheurs des soulèvements réguliers dans le temps des paléo reliefs hérités et des discordances / hiatus vastes et contemporaines ?
Quels sont les facteurs de contrôle de l'enregistrement sédimentaire et de la distribution des faciès ?

 

Mots clés

bassin intracratonique, Paléozoïque, héritage, hétérogénéité, lithosphère