thèse d'Adrien Quiles

Thumbnail imageHistoire évolutive des symbioses microsporidies-amphipodes: féminisation et co-phylogénie

financement : ANR CytoSexDet (bases génétiques et conséquences évolutives de la détermination du sexe induite par les symbiotes)

directeurs : Thierry Rigaud et Rémi Wattier

début de la thèse : octobre 2016

 

Résumé

Les micropsoridies constituent un phylum de microorganismes eucaryotes endosymbiotiques obligatoires réalisant leur cycle vital en infestant le cytoplasme de leurs hôtes. Il s’agit d’un phylum ancien et fortement diversifié phylogénétiquement. Des microsporidies ont été détectées chez de très nombreux invertébrés et vertébrés. Deux stratégies de transmission ont été observées incluant soit une transmission horizontale (TH), d’individu à individu au sein de l’espèce d’hôte, soit une transmission verticale (TV), de la mère à ses descendants. Le premier objectif de cette thèse sera d’explorer l’histoire co-évolutive hôte-microsporidie pour deux groupes espèces du genre Gammarus (G. balcanicus et G. roeselii) pour lesquelles l’histoire évolutive a été récemment résolue, montrant une diversité cryptique importante, ancienne (plus de 15 Ma) et spatialement structurée (Mamos et al. 2016 ; Grabowski et al soumis). Le second objectif de cette thèse sera de se focaliser sur une des espèces phylogénétiques de Gammarus roeseli pour laquelle la présence de trois microspories Nosema granulosis, Dictyocoela muelleri et D. roselum a été mise en évidence (Haine et al 2004). La TV, le caractère féminisant et l’impact sur la fitness de l’hôte ont été clairement mis en évidence pour N. granulosis (Haine et al 2007). Le caractère féminisant et la TV pour les deux autres microsporidies sont soupçonnés et seront explorés.

 

Mots clefs

symbiose, microsporidies, amphipodes, phylogénie, hôtes, parasites