thèse d'Adeline Roche

Thumbnail imageMicrobialites : facteurs internes et externes de leur développement

financement : contrat doctoral, université de Bourgogne Franche-Comté

directrice de thèse : Emmanuelle Vennin

début de thèse : octobre 2016

 

Résumé

La minéralisation bio-induite est l’un des processus majeurs contrôlant les variations de CO2 atmosphérique, et un acteur écologique majeur des écosystèmes actuels et anciens. Le résultat de ce processus est la minéralisation de dépôts microbiens. Les microbialites (structures organosédimentaires qui résultent du piégeage et de la minéralisation in-situ en lien avec l’activité métabolique) s’observent à travers tout le registre géologique et sont des signatures biologiques de la vie primitive sur Terre et potentiellement extraterrestre. Les traces de cette activité microbienne les plus anciennes datent de 3,4 milliardsThumbnail image d’années et ont été trouvé en Australie et au Canada. Dans les systèmes actuels naturels, la précipitation biologique peut être matérialisée par des objets microbiens de forme, de fabrique différentes dans des environnements très différents (lac, lagon, lacs alcalins, hypersalés, etc.) L’étude de ces objets microbiens à différentes échelles est cruciale pour la compréhension et l’interprétation de leur origine et évolution. L’approche multi-échelle, développée dans cette étude, sera macroscopique (tectonique et climat), mésoscopique (hydrothermalisme, chimie des eaux) et microscopique (interaction « communautés microbiennes-minéralisation produite » et minéralogie). Deux chantiers ont été privilégiés pour illustrer des dépôts microbiens : l’un récent, le Grand Lac Salé (USA) et le second fossile (bassin Oligo-Miocène des Limagnes). Les résultats permettront d’appréhender des questions majeures telles que les modalités de précipitation des minéraux en lien avec l’activité microbienne leur impact sur les perturbations des cycles biogéochimiques et l’application au stockage de CO2 et les modalités de préservation de ces dépôts dans le registre fossile.

 

Mots clés

microbialites, tapis microbiens, minéralisation, préservation

 

Comité de suivi de thèse

Frédéric Marin, UMR 6282 Biogéosciences, université de Bourgogne, France
Elias Samankassou, université de Genève, Suisse