Article de Chloé Laubu publié dans Science Advances

Thumbnail imageQui s'assemble finit par se ressembler : convergence comportementale au sein des couples de cichlidés zébrés

La similarité comportementale entre les partenaires sexuels est fréquemment supposée accroître le succès des couples. Chez différentes espèces monogames, des partenaires dissemblables sur le plan comportemental se coordonnent de manière moins efficace pour s’occuper de leur progéniture que les couples dont les partenaires sont similaires. Ainsi, on s'attend à ce que les individus choisissent dès le départ un partenaire qui leur ressemble. Mais la recherche du partenaire idéal peut se révéler extrêmement coûteuse, notamment en termes de temps et d'occasions manquées et il pourrait être plus efficace pour un individu de s’apparier avec un partenaire disponible mais pas forcément idéal. La question est alors de savoir si des partenaires mal assortis peuvent s’accorder l’un à l’autre après la formation du couple.

 

Thumbnail imageLe cichlidé zébré est un poisson monogame chez qui le mâle et la femelle défendent ensemble le nid et se partagent les soins à la progéniture. Il est crucial pour leur reproduction de se coordonner efficacement afin de défendre leurs jeunes exposés à une forte prédation (de la part de plus gros poissons, mais aussi d'autres cichlidés zébrés). Nous avons exploré la possibilité d'une convergence comportementale en formant des paires avec des partenaires ayant des profils comportementaux semblables ou dissemblables suivant un continuum réactif-proactif (estimé principalement à partir de leur score d'agressivité et d'exploration). L’activité de défense du nid face à un prédateur pour leurs œufs était alors déterminée pour chaque individu avant et après la formation du couple. Comme attendu, nous avons observé que les couples similaires avaient un meilleur succès reproducteur que les couples dissimilaires. Mais, de manière plus inattendue, certains couples dont les partenaires étaient initialement très différents étaient devenus similaires. Plus les partenaires avaient convergé, meilleur était leur succès reproducteur. Les partenaires qui avaient le plus convergé avaient non seulement un meilleur succès reproducteur que ceux qui avaient peu convergé mais ils avaient aussi un succès reproducteur équivalent à celui des couples initialement similaires. Par ailleurs, cet ajustement post-appariement résultait principalement du partenaire réactif qui avait le plus convergé vers son partenaire proactif.

Il s’agit de la première démonstration expérimentale de convergence comportementale entre partenaires sexuels initialement dissimilaires et de ses bénéfices en termes de succès reproducteur. Alors que la sélection d’un partenaire similaire est généralement invoquée pour expliquer la forte similarité comportementale entre partenaires, ce résultat suggère qu’elle pourrait aussi résulter d’un ajustement post-appariement.

 

Référence :

C. Laubu, F-X. Dechaume-Moncharmont, S. Motreuil, C. Schweitzer. Mismatched partners that achieve post-pairing behavioral similarity improve their reproductive success. Sci. Adv. 2, e1501013 (2016).

Couverture médiatique : suivez ce lien.