thèse de Julien Dhinaut

montage-tenebrioÉcologie évolutive du priming immunitaire chez le ténébrion meunier, Tenebrio molitor

financement : école doctorale ES

encadrant : Yannick Moret

Date de début : octobre 2014

Thèse soutenue le 6 décembre 2017

 

Résumé

Il est maintenant connu que de nombreux invertébrés peuvent moduler leur réponse immunitaire en fonction de leur expérience immunologique. Ce phénomène est appelé priming immunitaire. Si les mécanismes du priming immunitaire restent encore assez méconnus, il a pour conséquence d’apporter un bénéfice aux individus lors d’une seconde rencontre avec un agent pathogène, via une élévation de leur immunocompétence. Une caractéristique assez étonnante du priming immunitaire est qu’il peut se manifester chez la descendance. Ce transfert trans-générationnel d’immunité (TTGI), ainsi que le priming immunitaire, doivent avoir évolués à la suite de challenges répétitifs par les mêmes agents pathogènes durant la vie des individus et au fil des générations. Ainsi, le priming et le TTGI doivent être plus efficaces et moins coûteux vis à vis des parasites exposant l’hôte à la plus grande probabilité de réinfection. De plus, il est maintenant prouvé que la réponse immunitaire chez les insectes est génétiquement variable. Pour comprendre l’évolution du TTGI et de son potentiel de réponse à la sélection, il convient d’étudier la composante génétique de sa variabilité. Au cours de cette thèse, l’expression du priming et du TTGI chez un insecte a été associée à un type de bactéries, qui a du agir comme la principale pression de sélection sur le système immunitaire de cette espèce hôte. Cela s’est fait via l’identification de différents coûts et bénéfices, qui ont également mis en exergue certains mécanismes possibles dans la réalisation de ces phénomènes immunitaires. Pour ce faire, j’ai utilisé comme organisme modèle le ténébrion meunier, Tenebrio molitor.

Les bénéfices et les coûts associés au priming ainsi qu’au TTGI suggèrent que les bactéries à Gram-positif ont été la principale pression de sélection ayant contraint l’évolution du système immunitaire de T. molitor. En ce qui concerne le TTGI, de plus amples recherches sont nécessaires afin de trancher quant à l’existence de bases génétiques associées au phénomène.

 

Mots clés

Tenebrio molitor, génétique quantitative, transfert trans-générationnel d’immunité, mémoire immunitaire

 

Membres du comité de thèse

Thierry Rigaud , Claudie Doums, Laurène Gay,  Jérôme Moreau, Yannick Moret

 

Composition du Jury

Joël Meunier, université de Tours
Aurélie Tasiemski, université de Lille
Benjamin Gourbal, université de Perpignan
Christine Coustau, CNRS Sophia Agrobiotech
Thierry Rigaud, université de Bourgogne Franche-Comté
Yannick Moret, université de Bourgogne Franche-Comté – directeur de thèse