• Français
  • English

thèse de Charlène Guillaumot

Etiquette(s) : thèse écologie

La modélisation écologique, un outil pour évaluer la sensibilité des espèces marines antarctiques aux changements environnementaux : potentiel, limites et méthodes

Début de thèse : octobre 2017 (Belgique), cotutelle 01/10/2018 avec Dijon

Financement : FNRS, bourse FRIA

Encadrants : Bruno Danis (Belgique) et Thomas Saucède

 

Résumé

Le but de ce projet est d’évaluer le potentiel des approches de modélisation visant à représenter la niche écologique d’espèces présentes dans les habitats benthiques de la région Antarctique. Les études menées dans l’océan austral connaissent un essor grandissant mais les jeux de données disponibles pour initialiser les modèles restent limités et/ou biaisés.

À travers plusieurs cas d’étude considérés dans cette thèse, seront évalués le potentiel et les limites (1) des modèles physiologiques (Dynamic Energy Budget, DEB) représentant de façon simplifiée la niche fondamentale de l’espèce (conditions abiotiques favorables à sa survie), (2) des modèles de distribution (Species Distribution Models, SDM) évaluant la niche réalisée (contraction de la niche fondamentale par les interactions biotiques et/ou les barrières à la dispersion), (3) des modèles de population (Individual Based Models, IBM), simulant la dynamique et la structure des populations au cours du temps et (4) des modèles lagrangiens, étudiant la capacité de dispersion de particules suivant la force des courants marins.

Les résultats de ces différentes simulations sont discutés et des corrections aux biais rencontrés sont proposées pour adapter les méthodes couramment développées aux cas d’étude antarctiques marins.

De telles améliorations permettront de fournir de l’information pertinente sur la niche écologique et la sensibilité d’espèces benthiques antarctiques face aux changements globaux mais également de guider la calibration des modèles qui pourront être appliqués à d’autres cas d’étude, notamment dans des intérêts de gestion ou de conservation.

 

Mots-clés

Antarctique, marin, modélisation écologique, niche écologique, limites, méthodes

 

Comité de suivi de thèse

Philippe Dubois (ULB, Bruxelles)
Marius Gilbert (VUB, Bruxelles)

extrait:
lien_externe:
kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

La modélisation écologique, un outil pour évaluer la sensibilité des espèces marines antarctiques aux changements environnementaux : potentiel, limites et méthodes

Début de thèse : octobre 2017 (Belgique), cotutelle 01/10/2018 avec Dijon

Financement : FNRS, bourse FRIA

Encadrants : Bruno Danis (Belgique) et Thomas Saucède

 

Résumé

Le but de ce projet est d’évaluer le potentiel des approches de modélisation visant à représenter la niche écologique d’espèces présentes dans les habitats benthiques de la région Antarctique. Les études menées dans l’océan austral connaissent un essor grandissant mais les jeux de données disponibles pour initialiser les modèles restent limités et/ou biaisés.

À travers plusieurs cas d’étude considérés dans cette thèse, seront évalués le potentiel et les limites (1) des modèles physiologiques (Dynamic Energy Budget, DEB) représentant de façon simplifiée la niche fondamentale de l’espèce (conditions abiotiques favorables à sa survie), (2) des modèles de distribution (Species Distribution Models, SDM) évaluant la niche réalisée (contraction de la niche fondamentale par les interactions biotiques et/ou les barrières à la dispersion), (3) des modèles de population (Individual Based Models, IBM), simulant la dynamique et la structure des populations au cours du temps et (4) des modèles lagrangiens, étudiant la capacité de dispersion de particules suivant la force des courants marins.

Les résultats de ces différentes simulations sont discutés et des corrections aux biais rencontrés sont proposées pour adapter les méthodes couramment développées aux cas d’étude antarctiques marins.

De telles améliorations permettront de fournir de l’information pertinente sur la niche écologique et la sensibilité d’espèces benthiques antarctiques face aux changements globaux mais également de guider la calibration des modèles qui pourront être appliqués à d’autres cas d’étude, notamment dans des intérêts de gestion ou de conservation.

 

Mots-clés

Antarctique, marin, modélisation écologique, niche écologique, limites, méthodes

 

Comité de suivi de thèse

Philippe Dubois (ULB, Bruxelles)
Marius Gilbert (VUB, Bruxelles)

titre_these:
La modélisation écologique, un outil pour évaluer la sensibilité des espèces marines antarctiques aux changements environnementaux : potentiel, limites et méthodes
date_de_debut_these:
octobre 2017

Log In

Create an account