• Français
  • English

thèse de Corentin Iltis

Etiquette(s) : thèse écologie

Effets du réchauffement climatique sur le système immunitaire d’un ravageur des cultures et conséquences pour les relations tritrophiques

Soutenue le 11 décembre 2019

Financement : école doctorale ES

Directeur : Jérôme Moreau ; codirecteurs : Philippe Louâpre et Denis Thiéry

Début de thèse : octobre 2016

 

Résumé

Le réchauffement climatique va avoir des répercussions profondes sur les organismes vivants, en particulier les ectothermes comme les insectes, dont la physiologie et le comportement sont intimement liés à la température de leur environnement. Cette thèse propose d’étudier, par voie expérimentale, les conséquences du réchauffement climatique sur la performance d’un ravageur majeur de la vigne en Europe, l’eudémis (Lobesia botrana), et les conséquences pour l’interaction entre ce phytophage et les niveaux trophiques associés, en particulier les ennemis naturels (parasitoïdes). Les travaux se focalisent sur trois facettes du réchauffement climatique : une augmentation de température moyenne, une altération de l’amplitude thermique journalière, et l’occurrence d’une vague de chaleur. Les résultats attestent d’un impact des températures sur les traits reliés à la performance larvaire (capacités de défense des chenilles contre les ennemis naturels) et sur la reproduction des adultes, ainsi que sur l’interaction entre ce ravageur et un parasitoïde oophage. Par ailleurs, une importante variabilité de réponses thermiques est observée entre traits et parfois entre facettes du changement climatique, laissant suggérer des conséquences complexes de ce dernier sur la dynamique des populations du ravageur. Ainsi, prédire la réponse d’une espèce au réchauffement climatique nécessite d’adopter une vision relativement intégrative de la biologie de cette espèce, ainsi que de la complexité des changements se produisant au niveau de l’environnement thermique de l’organisme.

 

Membres du jury

Patricia Gibert (Université Lyon 1) – rapporteure
Philippe Vernon (Université Rennes 1) – rapporteur
Joan van Baaren (Université Rennes 1) – examinatrice
Sylvain Pincebourde (Université Tours) – examinateur
Jérôme Moreau (Université Bourgogne Franche-Comté) – directeur de thèse
Philippe Louâpre (Université Bourgogne Franche-Comté) – codirecteur de thèse

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

Effets du réchauffement climatique sur le système immunitaire d’un ravageur des cultures et conséquences pour les relations tritrophiques

Soutenue le 11 décembre 2019

Financement : école doctorale ES

Directeur : Jérôme Moreau ; codirecteurs : Philippe Louâpre et Denis Thiéry

Début de thèse : octobre 2016

 

Résumé

Le réchauffement climatique va avoir des répercussions profondes sur les organismes vivants, en particulier les ectothermes comme les insectes, dont la physiologie et le comportement sont intimement liés à la température de leur environnement. Cette thèse propose d’étudier, par voie expérimentale, les conséquences du réchauffement climatique sur la performance d’un ravageur majeur de la vigne en Europe, l’eudémis (Lobesia botrana), et les conséquences pour l’interaction entre ce phytophage et les niveaux trophiques associés, en particulier les ennemis naturels (parasitoïdes). Les travaux se focalisent sur trois facettes du réchauffement climatique : une augmentation de température moyenne, une altération de l’amplitude thermique journalière, et l’occurrence d’une vague de chaleur. Les résultats attestent d’un impact des températures sur les traits reliés à la performance larvaire (capacités de défense des chenilles contre les ennemis naturels) et sur la reproduction des adultes, ainsi que sur l’interaction entre ce ravageur et un parasitoïde oophage. Par ailleurs, une importante variabilité de réponses thermiques est observée entre traits et parfois entre facettes du changement climatique, laissant suggérer des conséquences complexes de ce dernier sur la dynamique des populations du ravageur. Ainsi, prédire la réponse d’une espèce au réchauffement climatique nécessite d’adopter une vision relativement intégrative de la biologie de cette espèce, ainsi que de la complexité des changements se produisant au niveau de l’environnement thermique de l’organisme.

 

Membres du jury

Patricia Gibert (Université Lyon 1) – rapporteure
Philippe Vernon (Université Rennes 1) – rapporteur
Joan van Baaren (Université Rennes 1) – examinatrice
Sylvain Pincebourde (Université Tours) – examinateur
Jérôme Moreau (Université Bourgogne Franche-Comté) – directeur de thèse
Philippe Louâpre (Université Bourgogne Franche-Comté) – codirecteur de thèse

extrait:
lien_externe:
titre_these:
Effets du réchauffement climatique sur le système immunitaire d’un ravageur des cultures et son impact sur les relations tritrophiques
date_de_debut_these:
octobre 2016
date_de_soutenance_these:
11 décembre 2019

Log In

Create an account