• Français
  • English

thèse de Sylvain Gerber

Etiquette(s) : thèse paléontologie

Disparité morphologique aux échelles ontogénétique et évolutive : exemples pris chez les céphalopodes

Soutenue le 11 décembre 2007

Directeurs : Pascal Neige et Gunther Eble

Résumé

Les approches développées dans ce travail ont pour objectifs d’introduire une perspective développementale dans les études de disparité morphologique. La prise en compte de la dynamique ontogénétique, qui conduit au phénotype adulte, est une étape importante dans la compréhension de l’occupation et la structuration des espaces morphologiques. Une première méthode consiste en la construction d’espaces morphologiques développementaux – i.e. porteurs d’information ontogénétique – où sont contrastées disparités juvénile et adulte. L’analyse associée des trajectoires allométriques permet des inférences en termes hétérochroniques et la détection de contraintes du développement guidant l’expression de la disparité adulte. Les notions d’espace allométrique et de disparité allométrique sont également introduites. Celles-ci apportent une caractérisation dynamique des ontogenèses et de leur évolution, et incorporent le bagage analytique standard des études de disparité. Des modèles stochastiques et déterministes de diversification morphologique et développementale sont utilisés afin de tester la pertinence de ces descripteurs développementaux et d’évaluer leurs connexions. Toutes ces approches méthodologiques sont illustrées au travers d’exemples pris chez des céphalopodes actuels et fossiles. Ils soulignent l’importance d’une vision plus équilibrée des facteurs internes et externes comme processus explicatifs potentiels des patterns observés, et témoignent du rôle du développement à l’échelle macroévolutive.

Mots-clés

macroévolution, paléobiologie, disparité morphologique, espace morphologique, ontogenèse, allométrie, morphométrie, simulations, céphalopodes

Membres du jury

Pascal Neige, professeur – université de Bourgogne, Dijon – directeur de thèse
Gunther J. Eble, chargé de recherche CNRS, Dijon – directeur de thèse
Michael Foote, professeur – University of Chicago – Chicago – rapporteur
Sabrina Renaud, chargée de recherche CNRS, Lyon – rapporteur
Philippe Janvier, directeur de recherche CNRS, MNHN, Paris – examinateur
Vincent Debat, maître de conférence, MNHN, Paris – examinateur
Bruno David, directeur de recherche CNRS, Dijon – examinateur

date_de_debut:
date_de_soutenance:
11 décembre 2007
kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

Disparité morphologique aux échelles ontogénétique et évolutive : exemples pris chez les céphalopodes

Soutenue le 11 décembre 2007

Directeurs : Pascal Neige et Gunther Eble

Résumé

Les approches développées dans ce travail ont pour objectifs d’introduire une perspective développementale dans les études de disparité morphologique. La prise en compte de la dynamique ontogénétique, qui conduit au phénotype adulte, est une étape importante dans la compréhension de l’occupation et la structuration des espaces morphologiques. Une première méthode consiste en la construction d’espaces morphologiques développementaux – i.e. porteurs d’information ontogénétique – où sont contrastées disparités juvénile et adulte. L’analyse associée des trajectoires allométriques permet des inférences en termes hétérochroniques et la détection de contraintes du développement guidant l’expression de la disparité adulte. Les notions d’espace allométrique et de disparité allométrique sont également introduites. Celles-ci apportent une caractérisation dynamique des ontogenèses et de leur évolution, et incorporent le bagage analytique standard des études de disparité. Des modèles stochastiques et déterministes de diversification morphologique et développementale sont utilisés afin de tester la pertinence de ces descripteurs développementaux et d’évaluer leurs connexions. Toutes ces approches méthodologiques sont illustrées au travers d’exemples pris chez des céphalopodes actuels et fossiles. Ils soulignent l’importance d’une vision plus équilibrée des facteurs internes et externes comme processus explicatifs potentiels des patterns observés, et témoignent du rôle du développement à l’échelle macroévolutive.

Mots-clés

macroévolution, paléobiologie, disparité morphologique, espace morphologique, ontogenèse, allométrie, morphométrie, simulations, céphalopodes

Membres du jury

Pascal Neige, professeur - université de Bourgogne, Dijon - directeur de thèse
Gunther J. Eble, chargé de recherche CNRS, Dijon - directeur de thèse
Michael Foote, professeur - University of Chicago - Chicago - rapporteur
Sabrina Renaud, chargée de recherche CNRS, Lyon - rapporteur
Philippe Janvier, directeur de recherche CNRS, MNHN, Paris - examinateur
Vincent Debat, maître de conférence, MNHN, Paris - examinateur
Bruno David, directeur de recherche CNRS, Dijon - examinateur

titre_these:
Disparité morphologique aux échelles ontogénétique et évolutive : exemples pris chez les céphalopodes
date_de_soutenance_these:
11 décembre 2007
extrait:
lien_externe:

Log In

Create an account