équipe Éco/Évo

équipe ÉCOLOGIE ÉVOLUTIVE

Responsable : Yannick Moret

 

Personnel (septembre 2016)

Personnel de recherche permanent

ATER et post-doctorants

  • Cécile Schweitzer

Étudiants en thèse

Personnel technique permanent

Personnel technique contractuel

  • Manon Chogne, assistante ingénieure CNRS
  • Anthony Ollivier, technicien CNRS

Collaborateurs occasionnels

 

Recherches

L’équipe écologie évolutive s’attache à décrire et comprendre les mécanismes responsables de la dynamique adaptative des populations et des communautés. Les thèmes abordés concernent l’évolution de la spécificité des relations entre hôtes et parasites, l’écologie évolutive des défenses immunitaires, la sélection sexuelle, l’évolution des régimes d’appariements, la dynamique des populations, la gestion et la conservation des espèces. Ces thèmes sont abordés selon les trois axes transversaux ci-dessous qui présentent d’importantes interactions.


L’axe « écologie évolutive des interactions hôte-parasite » s’attache à comprendre l’évolution et le maintien d’associations interspécifiques (principalement entre les hôtes et les parasites) ainsi que leurs conséquences sur l’expression des traits d’histoire de vie des partenaires. Trois volets principaux seront particulièrement abordés. Le premier s’intéresse à l’évolution et au maintien de la spécificité des interactions entre les hôtes et les parasites par l’examen de patrons de variation géographiques et interspécifiques de leur association. Le second étudiera l’écologie, l’évolution et les mécanismes de la manipulation parasitaire. Il s’agira ici de caractériser les altérations phénotypiques induites par les parasites chez leurs hôtes et d’en étudier les conséquences écologiques et évolutives sur l’expression des traits d’histoire de vie des partenaires. Le troisième s’intéresse à l’écologie évolutive des défenses immunitaires (principalement chez les invertébrés), en étudiant notamment la variation d’origine environnementale de leur expression sous l’influence de la qualité et la quantité de ressources disponibles au cours du développement de l’hôte, mais aussi en fonction de l’expérience de l’hôte des parasites de son environnement.

 

L'axe « écologie comportementale » s’attache a étudier la sélection sexuelle et l’évolution des régimes d’appariement sur des modèles biologiques invertébrés (crustacés) et vertébrés (poissons et oiseaux tropicaux). Plus particulièrement, les travaux menés dans l’équipe ambitionnent de comprendre la dynamique des liens du couple chez des oiseaux monogames endémiques des zones tropicales soumis à une période de reproduction continue (à l’opposé des espèces des zones tempérées dont la reproduction est saisonnière), d’identifier les règles de décision et de choix du partenaire reproducteur et de comprendre l’implication réelle de la sélection sexuelle dans les processus de spéciation. Ces questions sont abordées en combinant des approches observationnelles, théoriques et expérimentales.

 

L’axe « dynamique de la biodiversité et gestion des populations naturelles » se propose d’analyser la diversité biologique en prenant en compte sa complexité en termes de diversité génétique, morphologique et comportementale et d’identifier l’impact des pressions évolutives naturelles et anthropiques sur son organisation, son maintien et son évolution. Les travaux menés au sein de cet axe thématique proposent d’examiner l’influence de la diversité génétique individuelle sur les paramètres démographiques, de diagnostiquer la diversité génétique dans l’objectif de la conservation d’espèces d’intérêt patrimonial, comprendre la structuration de la diversité génétique naturelle de modèles hôte-parasites afin d’étudier leurs niveaux d’adaptation locale, et d’estimer l’impact des changements climatiques sur les écosystèmes arctiques.